Suivez-nous sur

Pontarlier
Tel. N° 03 81 21 24 62

Besançon
Tel. N° 03 81 21 24 62

Si les changements climatiques sont au cœur des débats depuis quelques années maintenant, nous entendons peu parler de sa forme numérique.

La pollution numérique, c'est-ce que c'est ?

De la pollution émise à cause de la fabrication d'outils informatiques jusqu'à celle créer avec l'utilisation de plus en plus intensive des data. La pollution numérique n'a pas qu'un seul visage. C'est de ce postulat que l'Union Européenne a décidé d'agir en créant : L'European Green Deal ou Le Pacte Vert pour l'Europe.

Qu'est-ce que le Pacte Vert ?

Ce pacte regroupe et répertorie l'ensemble des initiatives politiques que la Commission Européenne a soumis, afin de rendre l'Europe neutre en terme d'émissions de CO2 d'ici 2050.

Ces engagements écologiques concernent l'ensemble des secteurs d'activité. Ceux-ci vont devoir suivre les actions définies par la législation européenne afin d'atteindre l'objectif fixé par la commission :

- Investir dans les technologie respectueuses de l'environnement.

- Soutenir l'innovation dans l'industrie.

- Déployer des moyens de transports privés et publics plus propres, plus abordables et plus sains.

- Décarboner le secteur de l'énergie.

- Améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments

- Travailler avec des partenaires internationaux pour améliorer les normes environnementales mondiales.

Site de la Commission Européenne

Comment cela se traduit concrètement ?

L'Europe se situe dans les meilleurs en termes d'efficacité énergétique de la numérisation des données. Cependant, d'autres aspects sont encore à explorer, de nombreuses possibilités sont envisageables. Certaines sont même déjà en cours de test dans certains des plus gros Data Centers du continent. Ces solutions ne s'attaquent pas directement à la pollution engendrer par l'exploitation massive des data mais aux systèmes qui permettent d'alimenter et de faire fonctionner les centres de stockage des données.

Ainsi, selon une étude menée sous l'impulsion de l'association de l'Industrie Internet-Eco et en partenariat avec les instituts Borderstep et Vodafone. Nous estimons une économie à hauteur de 20% en passant d'une infrastructure physique à une infrastructure de type Cloud. Le challenge ici est d'arriver à optimiser l'utilisation des serveurs de fournisseurs de Cloud.

Selon un rapport Américain sur l'utilisation de l'énergie dans les Data Centers, on estime à -80% la consommation d'énergie pour les infrastructures de refroidissement et d'alimentation électronique par rapport aux Data Centers classiques.

Les bons élèves européens sont l'Allemagne et l'Espagne qui proposent 2 solutions différentes de récupération de la chaleur perdue ou d'alimentation pour le fonctionnement des Data Centers :

- L'Allemagne : Ils ont mis en place un système de refroidissement à base d'eau qui réutilise environ 70% de sa propre chaleur et qui la redistribue. Cette innovation permet de chauffer des bureaux, des salles de conférences et même des hôtels et restaurants.

- Espagne : Des panneaux photovoltaïques ont été installés sur l’infrastructure dû au fort taux de radiation du soleil. Cela permet d'alimenter électriquement l'ensemble de l'appareil.

Quel impact a eu le confinement en France ?

Avec le confinement, la grande majorité des salariés français ont changé leur façon de travailler, ceux qui le pouvaient, ont notamment adopté le télétravail. De manière générale, nous estimons qu'1/4 des salariés français étaient en télétravail. Cependant, quel impact le télétravail a eu sur l'écologie numérique.

C'est un sentiment partagé entre "chance pour l'environnement" et "calamité écologique" ! En effet, si de nombreux points environnementaux se sont améliorés avec le confinement, d'autres en revanche se sont dégradés.

- Les déchets informatiques & le trafic internet : environ 31% du parc informatique Français a été remplacé à l'occasion du confinement et de la mise en télétravail de nombreux salariés. Sans ce type d'événements les déchets informatiques représentent déjà à eux seul 53.6 Millions de tonnes chaque année. Dans ce même élan, le trafic internet et la consommation de data ont augmenté de 30%.

- Les moyens de transports : Les déplacements ont été réduit de 69% pendant le 1er Confinement et le que le parcours réalisé chaque jour a diminué de 39% selon l'Ademe. Cependant, les usagers ont privilégier la voiture aux transports en commun, environ 7 salarié sur 10 utilisaient leur voiture pour se rendre au travail.

- Les dépenses énergétiques : certaines sociétés ont fermé complètement et l'ensemble de leurs salariés étaient en télétravail, celles-ci ont pu réaliser des économies en termes de consommations d'énergie. En revanche, cette consommation s'est reportée sur les foyers avec une estimation de 10% d'augmentation de la consommation d'énergie. Ces données étant subjectives car cela dépend du type de chauffage, du type d'habitation et de la taille du foyer.

Pour conclure, le confinement et le télétravail ont permis une baisse des émissions de CO2 dû à l'activité de l'Homme. Cependant, cela a développé ce que l'on appel le e-CO2 notamment avec la surconsommation de data dans les foyers français. Afin de minimiser l'impact du télétravail l'Ademe recommande de privilégier les échanges téléphoniques aux visioconférences plus énergivores.

Mentions légales Plan du site Accès à distance à votre poste X.